La scalabilité, atout majeur pour une jeune entreprise en croissance

 

La scalabilité, atout majeur pour une jeune entreprise en croissance

 

Dans une économie française à croissance molle, où le travail peine à montrer le bout de son nez pour une partie de la population, en particulier la plus jeune, beaucoup se tournent vers la création d’entreprise. Les chiffres de l’INSEE en attestent, le nombre d’entreprises créées annuellement à littéralement bondi de 75% entre 2008 et 2009 (de 331 439 à 580 193), au début d’une crise financière et économique de grande ampleur ! Nous n’allons pas rentrer dans une analyse socio-économique du tissu d’entreprises en France, nous allons simplement en déduire qu’avec une augmentation et diversification de l’offre pour une demande qui ne suit pas forcement, la concurrence s’intensifie et seules les entreprises qui auront su prendre les bons virages (secteur d’activité, positionnement, organisation interne…) s’installeront de façon pérenne sur la route du succès.

Scalability for growth
 

Pour un décollage réussi !

 

Quand on part de rien ou pas grand-chose, il n’est pas étonnant de voir des pourcentages d’augmentation du chiffre d’affaire à 2 voire 3 chiffres. Cette croissance globale de l’activité n’est pas sans conséquence sur l’organisation interne de l’entreprise. Plus d’heures, plus d’employés requis, plus de clients, fournisseurs, articles, écritures comptables, projets etc… On connaît la capacité d’adaptation de l’Homme à un environnement évolutif, c’est bien moins répandu au sein des systèmes d’information de ces jeunes entreprises qui atteignent bien vite les limites de leurs tableurs Excel. Nous atteignons un point critique où l’incapacité du système d’information à encaisser une charge de travail, de données plus importante devient un réel frein au développement de l’entreprise. C’est là qu’intervient la notion de scalabilité (scalability en anglais), qui s’apparente à l’évolutivité, la capacité d’adaptation à un changement de volume d’échanges et interactions. C’est sur cet aspect que les éditeurs de progiciels se concentrent afin que les logiciels sur lesquels repose l’essentiel de l’activité d’une entreprise puissent évoluer en même temps que celle-ci.

 

De la TPE à la PME voire plus !

 

A un certain stade de développement, le pilotage d’une entreprise nécessite un degré élevé de centralisation de l’information, une base de données commune qui permette la bonne circulation et disponibilité des bonnes données aux bonnes personnes quand elles en ont besoin dans des soucis de productivité et rentabilité. Nous touchons là à la raison d’être d’un ERP, sa scalabilité/évolutivité permettra :
Une optimisation de la trésorerie par le biais de réduction de coûts opérationnels mais aussi l’amélioration de la productivité qui permet une croissance de l’activité maitrisée et l’effacement des coûts de la non-qualité organisationnelle.
Plus d’objectivité pour les équipes dirigeantes et la capacité à prendre des décisions stratégiques et opérationnelles en se basant sur les performances des différents services de l’entreprise
La facilitation de la concrétisation de projets de croissance, qu’elle soit interne ou externe. Par exemple le rachat d’une entreprise, la création d’une filiale à l’étranger, la création de nouveaux postes… Tous ces changements impacteront l’organisation de l’entreprise de manière radicale.

 

Ainsi nous sortons progressivement de la configuration « jeune entreprise à forte croissance » à celle d’une entreprise maîtrisant ses coûts tout en s’offrant le luxe de continuer son développement sur des bases solides, certes, mais évolutives ! Il paraît bon de rappeler que les progiciels de gestion intégrée sont des supports et restent dépendants de l’utilisation qui en sera faite au quotidien par les équipes dirigeantes et opérationnelles de l’entreprise. C’est pourquoi la phase de préparation d’un projet d’implémentation de la bonne solution se doit d’être mûrement réfléchie et accompagnée.

 
Pour en savoir plus:
L’Open source ouvre les portes de l’ERP aux PME
Votre entreprise est-elle prête pour un nouvel ERP?

Share this article:Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someoneDigg this